les films de la semaine

Ciné, musique, bouquins... Pour toute la culture qui n'est pas BD
Avatar du membre
Danath
goinfre
Messages : 140
Enregistré le : ven. avr. 08, 2005 20:51
Localisation : Strasbourg

Messagepar Danath » mer. août 17, 2005 19:36

Je dois avouer que j'ai jamais vraiment apprécier les films d'horreur (je parle de ceux qui sont sortis ces derniers temps qui sont plus facile d'accès -sortie cinéma, dvd, etc.-) mais je profite de la sortie de ce Land of the Dead pour palier à mon manque de culture des 3 classiques de Romero (Night/Dawn/Day of the Dead). Pour l'instant, j'ai vu que le premier (Night of the Living dead - 1968, où il n'est jamais question du terme zombie, mais plutôt ghoule) et, sans y trouver le chef d'oeuvre que d'autres clament (mais comme dit, les films d'horreur, c'est pas ma tasse de thé), j'ai trouvé ce film incroyablement efficace dans la mise en scène. L'économie d'effet est d'autant plus salvatrice qu'on tombe en ce moment dans un cinéma de "plus de plus". Comme quoi avec 3 fois rien mais du talent et des idées, on peut faire quelque chose. Evidemment, du côté de la technique et des acteurs, c'est parfois un peu faiblard, mais la tension est vraiment bien installée. Et puis c'est jamais ridicule alors que le pitch est assez casse-gueule. Enfin, Romero a quelque chose à dire dans ces films.
En parlant de cela, vous pouvez trouver sur Artelio une excellente interview de Romero (d'ailleurs, n'hésitez pas à visiter le reste de ce très bon site).
Donc voilà, contre toutes attentes, j'ai apprécié et j'attends de voir les 2 autres pour aller au cinéma pour le 4ème.

Dans un autre style, je suis allé voir H2G2, le guide du voyageur intergalactique
Image
Quelques mots dessus :
Mais qu'est-ce qu'H2G2 ?
Une revisitation burlesque de la SF telle qu'on la connait ? Sans aucun doute.
Un détournement de tous nos codes et de ce qui fait notre quotidien pour mieux nous dépayser ? Absolument
Un "les voyages forment la jeunesse" intergalactique et déjanté matiné de message écolo et de critiques de la bureaucratie, de la religion, des dirigeants politiques et de la gente masculine ? Oui tout ça aussi.
Mais avant tout une comédie sans queue ni tête, franchement sympa, un peu fo-folle par moment, sûrement très fidèle à l'esprit de l'oeuvre et à l'imaginaire de son auteur original (dont je n'ai malheureusement pas lu les livres) ? Je crois que l'essentiel est dit !
Bien sûr, l'humour un peu particulier peux ne pas plaire à tout le monde, certaines scènes sont un peu "sortez les violons" et la mise en scène est un peu faiblarde par moment, mais rien qui empèche de passer une bonne soirée.

Avatar du membre
Cactus20100
Commis de cuisine
Messages : 2430
Enregistré le : ven. janv. 28, 2005 22:34
Localisation : Est parisien

Messagepar Cactus20100 » mer. août 17, 2005 20:55

J'oserai répondre ( quoi tu ose ca cactus ? :lol: ) qu'il ferait mieux de tourner des docu :D ( koike kan on y pense, , le passage de homme à zombie c'est un peu un documentaire ( après "la métamophose"on aura la dissection des zombies :lol: )

Nan mais trève de plaisanteries douteuses, faire passer des messages dans des films de zombie, c'est un peu spécial quand meme, il le fait ptete bien ( meme si je n'y suis absolument pas sensible, d'accord c'est un film de zombies et c'est pas mon truc mais tout de même...
Je sais pas disons que je me méfie énormément des propos et thèmes que soit disant tel ou tel auteur aborderait dans ce film ( c'est comme quand on décortique une sonate de Ronsart ( :wink: Monfreid ) ou n'importe quel autre poème et qu'on lui fait dire ce qu'il ne dit pas ou n'a pas forcément pensé...
Ou sinon je me méfie des pseudos discours ( je suis super dur ces temps ci dites donc O_o :oops: désolé ), qui volent pas très hauts ( c pour ca que j'aime pas la quais totalité des shonens, et que les shojos pourraient suivre le même chemin :oops: )

Bon je retire ce que j'ai dit sur l'opportuniste ( n'empeche il va bien gagner quand même :P de par ce qu'on a dit, que c'est vu comme un Blockbuster :) ) hein :wink: ( en meme temps je l'ai dit que j'était injuste, ou je l'ai suggéré :whistle: )

Shaub Of The Dead : nan pas pour moi, j'aime pas avoir peur :lol: ( j'ai déjà ma dose avec mon compte en banque :whistle: ). Pis bon je sus déjà un légume non ? drunken_smilie.gif ah non zut moi je suis une plante verte )

Avatar du membre
AurL
glouton
Messages : 302
Enregistré le : mer. mars 23, 2005 19:12

Messagepar AurL » ven. août 19, 2005 0:19

Je crois pas que j'irais voir ce film de zombies non plus :s Ca à l'air un peu trop flipant... En principe c'est assez rare que je me déplace dans un cinéma pour voir un film d'horreur :P

Bon sinan j'ai revue Charlie et la chocolaterie :lol: Les chansons des Oompa-Loompas sont toujours aussi délirantes :P :lol:
J'avais pas prévue de revoir ce film, mais bon je me suis pas ennuyée, même si je l'avais déjà vue une fois ^^

Avatar du membre
AurL
glouton
Messages : 302
Enregistré le : mer. mars 23, 2005 19:12

Messagepar AurL » lun. août 22, 2005 6:36

Image

Réalisé par David Dobkin
Avec Owen Wilson, Vince Vaughn, Christopher Walken, Jane Seymour...


Synopsis
John et Jeremy adorent s'inviter aux mariages de parfaits inconnus, profiter de la table, du bar et des jeunes filles qui sont toujours plus romantiques ces jours-là. Leurs méthodes sont infaillibles et leur palmarès impressionnant.
Lorsqu'ils apprennent que la fille de William Cleary, un haut fonctionnaire, va se marier, l'occasion est trop belle. Cette incruste-là sera leur chef-d'oeuvre, l'éclate totale au milieu du gratin à qui ils vont encore raconter n'importe quoi.
Pourtant, cette fois, les choses dérapent...

Bon c'est un film sympa à voir Image super marrant, on rigole pendant tout le film Image C'est un bon film de divertissement ^^


Image
La famille complètement tarée Image
Image

Avatar du membre
MulleT
Commis de cuisine
Messages : 1998
Enregistré le : jeu. juil. 01, 2004 14:30
Localisation : Toulouse

Messagepar MulleT » lun. août 22, 2005 8:36

Celui la j'aimerais bien le voir en DVD :o
Ma Collection •• Get Wild and Tough !

Avatar du membre
Danath
goinfre
Messages : 140
Enregistré le : ven. avr. 08, 2005 20:51
Localisation : Strasbourg

Messagepar Danath » mar. oct. 18, 2005 21:30

histoire de faire un peu survivre ce topic, voici rapidement mes dernières séances :
Broken Flowers de Jim Jarmush avec Bill Murray .Grand prix du festival de Cannes.
C'est mon premier Jarmush, réalisateur dont j'entends beaucoup de bien, et auréolé de son prix, je doit dire que je m'attendais à un peu mieux quand même. Non pas que le film soit mauvais, mais il joue un peu trop sur la moue , certes impayable, de Bill Murray. Ce dernier joue un quincagénaire qui a fait fortune dans l'informatique, dragueur invétéré, qui vient de se faire larguer par sa compagne et qui reçoit une lettre l'annonçant être père 19 ans après. Il va donc partir, presque malgré lui, à la recherche de la mère de cet hypotétique enfant.
Ce retour à ses premiers amours va bien évidemment le confronter à son passé, lui montrer les présents qu'il aurait pu vivre et le faire quelque peu réfléchir sur son mode de vie. C'est donc un brin mélancolique et surtout très drôle. Drôle d'une part grâce à l'association improbable de ce riche PDG en survet' avec son voisin et ami ouvrier mexicain (personnage qui représente tout son contraire, il est marié, a des enfants, ...) fan d'enquêtes policières. Le comique est d'autre part provoqué par les situations auquel le personnage de Bill Murray assiste chez chacunes de ses ex-compagnes.
Donc un bon film, drôle, mais peut-être un peu facile par moment et manquant un peu de dialogues acérés qui font réfléchir et se remettre en cause.
Les Frères Grimm de Terry Gilliam avec Matt Damon
Les Grimm, avant de raconter leurs histoires dans des livres, ont bien du trouver leur inspiration quelque part. Et bien figurez-vous qu'ils chassaient les fantômes et autres sorcelleries dans les villages les plus reculés d'Allemagne ! Enfin disons qu'ils profitaient surtout de la crédulité des gens pour vaincre des "malédictions" qu'ils montent eux-même de toutes pièces. Jusqu'à ce qu'on les amène sur un véritable cas de sorcellerie ...
Autant le dire tout de suite, j'ai été déçu par ce dernier Gilliam. C'est bien sûr un film de commande pour qu'il puisse se refaire après Lost in la Mancha, mais d'un réalisateur pareil (il a quand même fait Brazil, L'armée des 12 singes, Sacré Graal, ...) on s'attend quand même à plus qu'un bon blockbuster. Visuellement tout est bon, scénaristiquement ça n'utilise que très peu de ficelles usées, la musque est pas mal, la photographie, sans être exceptionnelle est de qualité. Bref, techniquement rien à redire. Mais il manque la patte Gilliam, la folie, le génie qui rend ses films aussi bons. Les mauvaises langues diront que le projet aurait mieux convenu à Burton et ils n'auront pas tout à fait tort (mais pour moi, Burton est en général moins intéressant que Gilliam). Pas mal, j'ai apporté ma contribution au renflouement d'un grand réalisateur, mais c'est dispensable et vite oubliable.
Vive la Vie de Yves Fajnberg avec Didier Bourdon, Alexandra Lamy
D'habitude, je ne regarde aucun film français. Très peu m'interessent. Mais là j'avais des invit' gratos, donc bon.
Ce film a plusieurs problèmes. L'interprétation déjà. J'adore Bourdon et Lamy dans leurs rôles de comiques mais en tant qu'acteurs, honnêtement, ils sont mauvais. Ils ne sont jamais crédibles, ils ne mettent pas d'émotion dans leur dialogues. On a parfois l'impression qu'il recitent bêtement ce qu'ils ont appris (le premier dialogue dans le café par ex).
Autre problème, l'impossible identification du français moyen au PDG, à la mannequin ou même au maghrébin animateur dans un hôpital. C'est original, mais trop loin du français lambda (moi quoi). D'autant plus qu'on essaye de nous faire croire que le premier est con et que la seconde est moche. Même les acteurs ont l'air d'essayer de s'auto-convaincre.
Encore un autre problème : l'inutilisation de certains personnages comme la fille et l'ex-femme du personnage de Didier Bourdon ou l'ami médecin.
Et puis il y a cette vision non artistique du cinéma en France qui est pénible. C'est mis en scène, filmé, monté comme une série télé. Bref visuellement c'est banal.
Mais finalement le pire c'est qu'on sent que le réalisateur se force à faire du grand public, à se forcer à être salace et à montrer et parler du sexe sans tabou parce que c'est "in", à nous sortir une happy end, lieu commun de la comédie de moeurs française.
Ah, j'oubliais, l'argent n'achète pas tout et ne fait pas forcément le bonheur. C'est un message jamais vu n'est-ce pas ? :roll:
Dommage, yavait une petite touche d'originalité dans le traitement, l'humour par petites touches est sympa et certains passages sont pas si mals. Un film raté donc.

Avatar du membre
latruffe
Chef Cuistot
Messages : 2801
Enregistré le : ven. mai 21, 2004 17:05

Messagepar latruffe » mer. oct. 19, 2005 13:09

Toujours de bonne review Danah :jap:

Pas de complaisance, c'est bien cool pour ceux qui vont pas souvent au ciné comme moi.

Avatar du membre
teagle
goinfre
Messages : 159
Enregistré le : lun. juil. 12, 2004 12:16

Messagepar teagle » ven. oct. 28, 2005 14:26

Wallace & Gromit, le mystère du lapin-garou

Image

L'équipe

    x Equipe technique:
      Scénariste & réalisateur: Nick Park (l'papa de Wallace & Gromit!)
      Distribution: Dreamworks
    x Voix:


Image

Synopsys
    Wallace et Gromit sont le dernier rempart de leur village face à la menace lapine qui envahisse les potagers... et ce à quelques jours du Grand Concours Annuel de Légumes. Tout roule pour eux... jusqu'à l'apparition d'un problème de taille!

Image

Ressources

Image

Mon avis
    Nous y voilà!
    Wallace & Gromit, petite création purement anglaise (quelques minutes du désormais mythique "Une grande excursion" suffise à s'en rendre convaincre) sont de retour! Fini le format court-métrage, leur papa Nick Park nous offre là 1h25 de pâte à modeler. Un peu inquiet quant à cette durée (est-ce trop?), je me suis installé confortablement dans mon fauteuil et j'ai attendu que la pellicule des pubs se termine...
    Et dès l'intro, on est surpris! Fini l'ambiance tranquille des premiers courts-métrages, les premiers minutes nous saisissent à froid: de l'action, de la vitesse... on a presque plus le temps de se demander si c'est vraiment de la pâte à modeler! On est aussi frappé par la beauté des décors, très fournis, très colorés. Un véritable régal pour les yeux!
    Et puis vient le moment des premiers gags... et là l'on peut finir par se détendre: Wallace & Gromit n'ont rien perdu de cet humour moqueur, jamais méchant, toujours hilarant. La séance de la cuisine avec Gromit en est un bel exemple. Après ce début tonitruant, l'histoire se développe et l'on découvre les personnages secondaires, loin de faire de la figuration: caricaturaux à souhait (madame Pick, le policier, ...), ils entretiennent l’ambiance rigolarde du film. A noter quelques jeux de mot qui rendent la VO indispensable (mais qui avait pas pensé à la VF?), les sous-titres français ne leur rendant pas grâce, je ne pense pas que la VF ait pu mieux faire.
    Quelques bémols tout de même: si l'histoire s'étire sur 1h25, elle est pénalisée par 2 passages à vide regrettables mais vite oubliés tellement ils sont courts.
    Reste l'humour, omniprésent, et la tendresse, en filigrane, qui se dégagent de ce film et en font une savoureuse séance de ciné...
    Foncez!


Image
[$-=-$] Dä Factëur Khaos [$-=-$]
My ô C0MiCs ô BDs ô DvDs ô yM

Avatar du membre
teagle
goinfre
Messages : 159
Enregistré le : lun. juil. 12, 2004 12:16

Messagepar teagle » ven. oct. 28, 2005 14:28

De l'ombre à la lumière (Cinderella Man)

Image

L'équipe



Image

Synopsys
    Autrefois boxeur prometteur, Jim Braddock s'est vu contraint d'abandonner la compétition après une série de défaites. Alors que l'Amérique sombre dans la Grande Dépression, Jim accepte n'importe quel petit boulot pour faire vivre sa femme Mae et leurs enfants. Il n'abandonne pourtant pas l'espoir de remonter un jour sur le ring.

Image


Ressources

Image

Mon avis
    Un souvenir pas tout frais. Mais ce n’est peut-être pas plus mal. Dans le sens où ma mémoire volatile aura effacé les quelques imperfections de ce film avec en premier lieu certaines lenteurs désagréables. Il ne me vient plus désormais à l'esprit que le positif... et il y en a! En vrac: tout d'abord les scènes de combat énergiques, durs, sans concession. Ca cogne, et on encaisse avec Jim Braddock. Mais la violence physique n'est pas seule à faire mal, et l'on souffre du passage éclair, tel un uppercut, de la gloire à la misère, du succès à la galère de tous les jours.
    Et ce regard sur la société américaine que permet le destin de Jim Braddock est particulièrement frappant: de la misère des chantiers aux salons cossus des managers de boxe, la réalité est parfois plus dur qu'un "simple" match de boxe... ou parfois trompeuse (la visite de Mae chez Joe!).

Image

    Qu'en est-il des acteurs? La performance de Renée Zellweger ne déchaînera pas les passions, mais il faut bien avouer que son rôle de femme au foyer n'est pas très démonstratif et l'oblige à un jeu sans fioriture. C'est toutefois à travers son personnage que transparaît le mieux cette lutte perpétuelle pour la survie de sa famille. Reste 2 acteurs: Craig Bierko, qui campe un Max Baer monstrueux, détestable et redoutable, mais surtout Russell Crowe, dont la gueule de cogneur sied à merveille à son personnage d'Irlandais teigneux au coeur tendre. Ces 2 là portent le film jusqu'à son dénouement, prévisible mais au combien usant pour nos nerfs!


Image
[$-=-$] Dä Factëur Khaos [$-=-$]
My ô C0MiCs ô BDs ô DvDs ô yM

Avatar du membre
Cactus20100
Commis de cuisine
Messages : 2430
Enregistré le : ven. janv. 28, 2005 22:34
Localisation : Est parisien

Messagepar Cactus20100 » mar. déc. 06, 2005 5:18

J'ai été voir deux films à la suite, et les thèmes comme mon impression ne se ressemblent paset je ne parlerai donc que du film qui m'a énormément plû

JOYEUX NOEL

Un excellent sur la fraternisation (quasi) spontanée sur les lignes de front le 24 décembre 1914
Très larmoyant mais très juste autant scénaristiquement, qu'historiquement et sur le jeu d'acteurs ( meme Dany Boon s'en sort bien, il a pas tant que çà à parler ch'ti, et il est difficile de lui reprocher son accent et son parler, hormis d'en être soi même un... et encore.... )
Le début donne un ton assez dur ( y'a de quoi chialer dès les premières secondes du film, et pourtant ce n'est pas ce à quoi on s'attend ) à un film qui l'est beaucoup moins, jusqu'à la fin du film toute aussi dure, qui nous fait rester en alerte fort justement tout au long du film.

Il ya beaucoup de points positifs à ce film...

déjà aucun méchant + que d'autres ( tant les état majors que les capitaines ou les soldats ). On chiale autant pour les uns que pour les autres... ( par ex pour moi la fin en est un exemple frappant, car cela fait référence à un evenement, et si vous avez le déclic, vous en chialez )

ensuite des rebondissements, annonces, évènements, pas piqués des hannetons, qui arrivent quand il faut, là ou il faut, et de la manière ou il faut... et croyez moi, c'et pas peu dire, car justement ce genre de films s'y prète guère. c'est là tout le ressort de ce film... en outre vous ne saurez que c'est la fin qu'à la fin du film justement... ( vous comprendrez pourquoi on ne s'y attend plus à cette fin ).

un trilinguisme ( avec les accents écossais + le ch'ti de Boon ), très appréciable. Ca parait tellement naturel d'entendre les 3 langues, sans forcément de sous titres d'ailleurs ( nullement besoin à ces moments ou il n'y en a pas justement ).

La flopée de bons sentiments, mélée de pleurs ( tristes mais aussi joyeux ) et de sourires, tout ce qu'il faut pour passer un bon moment ( sauf pour vos mouchoirs :lol: ). Et difficile de dire après, qu'on pleure trop, on ne pleure jamais assez pour ces gens là...
Des moments fabuleux même sans grande mise en scène.
Et puis aussi des messages qui passent très bien ( le début y est pour quelque chose, mais aussi la fin, et les messages des simples soldats ou capitaines à leurs supérieurs... )

Un grand grand film dans la lignée de " La tranchée des espoirs " (si vous connaissez vous etes mon ami :lol: ) tout aussi bon ( fraternisation franco-allemande à la suite d'une trève pour désamorcer une énorme bombe alors que les bombardements ont quasiment ravagé les deux beligerants )

Ce film est absolument à voir, et sachez que la bande annonce montre assez peu l'étendu du film, mais aussi son déroulement... et en çà elle remplit pleinement son rôle , d'inciter le spectateur a allez voir le film, sans trop en dévoiler...

Et pitié, que ce film gagne l'Oscar du meilleur film étranger... :oops: ( surtout qu'en terme de coopération européenne réussie, on peux pas faire mieux )

Avatar du membre
Cactus20100
Commis de cuisine
Messages : 2430
Enregistré le : ven. janv. 28, 2005 22:34
Localisation : Est parisien

Messagepar Cactus20100 » mar. déc. 06, 2005 21:27

Tiens bah puisque tu as vu History of Violence, MulleT viens nous en parler :wink:
Mais tu as lu la bédé au fait ? ou tu a plongé comme moi dans l'inconnu ?

Moi j'arrive pas à me faire à la fin, pourtant c'est super bien joué... mais... nan je peux pas accepter [spoiler]cette facilité[/spoiler] enfin c'est peut être la bédé qui veux ca dans le scénar mais quand même. Je suis pas contre[spoiler] les fins ouvertes[/spoiler], mais bon qui fera l'effort d'envisager la suite, hormis [spoiler]le retour à une vie presque normale[/spoiler]. Sans piste, sans indication... :-\ genant...
Oui ce qu'on apprend durant le film [spoiler]arrive sans crier gare et on s'en doutait pas[/spoiler] mais c'est pas pour çà que ca en fait un grand film pour moi... Peut être la faute [spoiler]au scénar qui tiens sur un paquet de chewing gum[/spoiler].
Puis moi le rôle du fils me gène, et même le rôle de la femme, ca va pas très loin... Alors psychologies poussées je dit non MulleT

Cronenberg démission ? :P ( vu qu'il était déjà près 6 dents )

Avatar du membre
Danath
goinfre
Messages : 140
Enregistré le : ven. avr. 08, 2005 20:51
Localisation : Strasbourg

Messagepar Danath » mar. déc. 06, 2005 22:20

Passage éclair tout d'abord pour commenter l'un des films que j'attendais le plus cette fin d'année :

Seven Swords
Tsui Hark réalisateur, Liu Chia-liang à la chorégraphie, un score de Kenji Kawai et un budget pharaonique (pour HK) pour l'adaptation d'un classique de la littérature chinoise (qui fait un peu penser aux Sept Samouraïs). 7 personnages principaux, 7 armes quasi-vivantes. Tout cela avait de quoi faire fantasmer sur ce Wu Xia Pia (film de sabre chinois) d'exception. Et pourtant Seven Swords est décevant. Difficile de croire que 2h30 ne soient pas assez longues pour raconter l'histoire, pourtant c'est le cas. Bien sûr, il est question d'une director's cut de 4h et l'on sent bien les coupes dans la narration de cette version obligatoiremment courte pour une exploitation en salle. La faute à une production à l'origine orientée vers une série ? Ainsi le développement sommaire des personnages, les ellipses frustrantes, la trame pour le moins linéaire du scénario et, du fait, l'impossible implication du spectateur dans les enjeux dramatiques et le destin des personnages seront probablement (devront ?) être comblés à la sortie du DVD. Néanmoins, il y a trop à redire sur cette version pour que la version du réalisateur soit un film flamboyant. L'OST de Kawaï m'a semblé balourd, pas épique pour un sous et assez peu inspiré. Les combats, voulus moins aériens que d'habitude, manquent généralement de pêche. La réalisation de Tsui Hark, d'habitude si particulière dans les cadrages et le montage, à la réalisation nébuleuse et pourtant géniale, laisse la place à un académisme molasson ne se changeant que trop peu souvent en instants de grâce. Ca manque d'inventivité et de spontanéité d'habitude plus que présentes chez Tsui Hark. Bref on attendra la version du réalisateur pour vraiment se prononcer (en espérant qu'elle voit le jour -on attend toujours désespérement celle du 13ème Guerrier de McTiernan, entre autres-) mais on est d'ors et déjà déçu.

et puis si déjà on parle de History of Violence (j'ai pas lu la bd), j'ai trouvé le film rendant vraiment bien cette "histoire de violence" avec un côté banal/commun. Néanmoins, pas de quoi crier au chef d'oeuvre. J'en attendais beaucoup, j'en ai eu pas mal. Du coup, je suis sorti un poil déçu.

Avatar du membre
MulleT
Commis de cuisine
Messages : 1998
Enregistré le : jeu. juil. 01, 2004 14:30
Localisation : Toulouse

Messagepar MulleT » dim. janv. 22, 2006 13:07

Lord of War, Jarhead, Brockeback Mountain et bientot Munich ... que de bons films que je n'ai pas le temps de voir :'(
Ma Collection •• Get Wild and Tough !

Avatar du membre
mogyoda
goinfre
Messages : 151
Enregistré le : dim. mars 27, 2005 10:46
Contact :

Messagepar mogyoda » dim. janv. 22, 2006 21:53

Brokeback mountain

Résumé : Jack et Ennis sont embauchés le temps de la transhumance des moutons
Rapidement, leur relation va évoluer pour se transformer en liaison amoureuse. A leur retour, ils se séparent et évoluent chacun de leur côté : femmes, enfants.
Quand ils se retrouvent quelques années plus tard, la passion renaît de suite

Excellent film.
l'intrigue commence pendant la transhumance et se termine plusieurs années après, on voit ainsi quelques épisodes de leurs vies à différentes périodes
les acteurs sont très bons, et arrivent à faire passer la tension et l'atmosphère particulière des années 60-70 et le climat homophobe (en espérant que les Américains aient fait des progrès sur ce plan depuis -_-)
la vo... enfin, les accents sont pour ma part incompréhensibles, heureusement que les sous-titres existent

Avatar du membre
Zéas
Administrateur
Messages : 5139
Enregistré le : ven. oct. 15, 2004 18:09
Localisation : au farwest
Contact :

Messagepar Zéas » lun. janv. 23, 2006 5:55

Brokeback mountain, je n'ai vraiment aucune envie d'aller le voir. Ca a l'air mielleux, dégoulinant de bons sentiments... Deux amies y sont aller et ont trouvé ça plutôt ennuyeux, à la limite du remplissage apparemment...

Jarhead : ça ne m'a pas intéressé. Allez-y pour le jeu de l'acteur principal si vous voulez et pour l'esthétique du film mais sinon...

Munich : vu hier. J'ai bien aimé. Très beau travail de reconstitution de Spielberg. Il prend plaisir a nous ballader dans l'Europe des années 70. On dirait un vieux film tellement c'est bien fait. Certains s'ennuieront peut-être par moment. C'est vrai que Spielberg prend son temps mais ça change un peu des films hollywoodiens qui s'ingénuent à faire apparaître une scène d'action par seconde pour ne pas perdre l'attention des spectateurs... (et aussi de peur qu'il ai le temps de se rendre compte que le scénario tient sur une feuille de pq). Certaines parties de l'intrigue m'ont paru un peu obscures par contre... mais bon, au moins on se pose des questions.

C'est quoi Lord of war ? C'est pas avec Clooney ? :?
Image